” Mettre les petits plats dans les grands”

Même pour ce Noël plus intime, c’est le moment pour ” mettre les petits plats dans les grands ! ”
Le sens de l’expression est donc plus subtil que le croient ceux qui l’emploient pour dire : Faire le maximum pour recevoir au mieux.
Origine de l’expression
Après un revers de fortune, il n’y a plus d’argent pour offrir un grand repas coûteux. Mais la belle vaisselle est toujours dans les armoires. Recevoir implique alors de mettre les petits plats (des mets pas chers) dans les grands (la grande vaisselle, qui reste d’un passé disparu).

Dresser la table :

Cette expression date du Moyen Age. Les seigneurs prenaient leurs repas en différents endroits du château, en fonction de la saison, du type de réception ou du nombre d’invités. On installait donc des tréteaux et des planches au dernier moment selon le lieu choisi. Quant aux «couverts», le terme date de la même période : les cuisines étant éloignées des pièces nobles, les plats étaient transportés «couverts» d’un autre plat, afin de les conserver chauds. Pour ce qui est des arts de la table, les habitudes sont bien plus récentes. L’usage de la fourchette ne s’est ainsi banalisé qu’après Louis XIV. Et l’argenterie n’a véritablement fait son apparition sur les tables françaises qu’avec l’invention du métal argenté.

 l’art du dressage à la française ou à l’anglaise

 Comment dresser votre table ? - le blogLa disposition des couverts expliquée de manière compréhensible avec  Villeroy & Boch

Arts de la table : la tradition française

  • En France, placez maximum trois couverts de chaque côté de l’assiette. Cela signifie qu’il y aura trois services. S’il y a un service en plus, apportez les couverts avec les nouveaux plats (et donc les nouvelles assiettes). Il ne faut pas surcharger la table (trois, c’est déjà beaucoup !).
  • Concernant la disposition des couverts à la française. Sachez que le bombé de la cuillère ne doit pas se placer contre la table. Il est en l’air. De même pour les fourchettes, les dents sont pointées contre la nappe.
  • Les couteaux ont la lame tournée vers l’assiette ( l’agressitvité vers soi) ;
  •  Le style français précise que les couverts à dessert seront toujours des fourchettes. On ne présente pas une petite cuillère selon la manière française. Même si le dessert est une glace, il faut placer une fourchette sur la table. En france, les armoiries étaient gravées sur les couverts , ce qui explique  ce placement. aujourd’hui, pour cacher le logo des marques, on privilégie le style anglais.
  • La différence majeure avec le style anglais concerne le placement des verres. Il convient de placer les verres en biais, au-dessus des couverts et de l’assiette, par ordre de grandeur. Donc de droite à gauche cela donnera : le verre pour le vin blanc, le verre pour le vin rouge, puis le verre à eau. Le verre à vin rouge devra être aligné sur le grand couteau. La flûte à champagne se place sur une seconde rangée, derrière les autres verres, entre le verre à eau et le verre à vin rouge.
  • Les serviettes se placent dans l’assiette. Elles sont pliées en trois ou quatre.
  • Le pain (petit pain, pas de tranches) se place sur la serviette au centre de l’assiette

Pour le convive : beaucoup plus simple : prendre les couverts de l’extérieur vers l’intérieur 😉

Arts de la table : la tradition anglaise

  • Les couverts se placent différemment. Le bombé de la cuillère contre la nappe, les dents de la fourchette en l’air.
  • Les verres ne sont pas placés en biais, mais en ligne droite au dessus de l’assiette. Dans l’ordre : flûte/coupe à champagne, verre à eau, verre à vin rouge, verre à vin blanc.
  • Les serviettes sont pliées soit en forme de mitre, soit en trois ou quatre. Il convient de les déposer sur l’assiette à pain (en haut à gauche de l’assiette).

Se mettre sur son trente-et-un

Se mettre sur son 31

Pour fêter Noël ou la Saint-Sylvestre, il est généralement de rigueur de se mettre sur son trente-et-un. Mais vous êtes-vous demandé d’où venait cette expression ? Ne nous y trompons pas, celle-ci n’est pas liée à la soirée de réveillon du 31 décembre. Son origine est plus complexe, voire mystérieuse puisque nous n’avons que des hypothèses.

Ces expressions et traditions : on vous dit tout sur... le Reveillon, se  mettre sur son 31, le Gui... - Sesame.events

  • Hypothèse 1 ” Le trentain”

La première explication nous renvoie au Moyen Âge. L’expression serait issue d’une déformation du mot « trentain », qui représentait un drap très raffiné, composé de trente fois cent fils et destiné aux vêtements de luxe. Le trentain n’étant porté que par des personnes riches, ce tissu était assez méconnu du reste de la population, qui aurait déformé son nom en prononçant « trente-et-un ». À l’époque, « se mettre sur » signifiait « mettre sur soi ». C’est ainsi que l’expression populaire « se mettre sur son trente-et-un » est apparue, signifiant s’apprêter pour une grande occasion.

le FLE en un 'clic': Expression : Se mettre sur son 31

  • Hypothèse 2 : Des soldats dans de beaux draps?

La première nous vient du philologue Maurice Rat qui vit dans la formule «mettre sur son trente et un» la réunion de deux expressions. «’Se mettre sur’, écrit-il, est une ancienne tournure qui veut dire ‘mettre sur soi’», «trente et un pour sa part, est la déformation populaire de ‘trentain’, nom d’une ancienne sorte de drap de luxe, dont la chaîne était composée de trente fois cent fils et qui, n’étant plus compris, est devenu trente-un». La formule «se mettre sur son trente et un» signifierait donc littéralement «mettre sur soi son trentain» et par extension, ses plus beaux atours.

Une anecdote joliment tissée qui ne convaincra pas toutefois Claude Duneton. Il détricotera une à une les mailles de son enquête en rappelant tout d’abord la rareté du mot trentain avant de souligner un anachronisme. Dommage. Le linguiste évacuera également l’hypothèse avancée par certaines lexicologues, qui auraient vu dans l’expression une «coloration soldatesque», c’est-à-dire, le numéro oublié d’une tenue de cérémonie employée dans les uniformes militaires.

Origine de l'expression "se mettre sur son 31" ou "être sur son 31"?

Hypothèse 3 : “jeu de carte “

Selon une autre hypothèse, « trente-et-un » se rapporterait au jeu de cartes du même nom. Le principe étant de finir la partie avec un total de trente et un points, la beauté du jeu et la chance se résumeraient donc dans ce nombre. Cependant, cette version n’explique pas pourquoi on dit « se mettre sur », et elle n’a pas de lien logique avec le sens de l’expression. Nous privilégions donc la première explication, certainement plus en cohérence avec l’usage actuel.

Le tout étant de ne pas attendre tous les « trente-six du mois » pour se mettre sur son trente-et-un.

Suivez nous !
RSS
Follow by Email
LinkedIn
Share
Instagram