La 32e Nuit des Molières devait être, selon ses organisateurs, une soirée « pour réveiller » le monde du théâtre, un « message d’espoir » pour un secteur à l’arrêt depuis le 15 mars. Mais à l’heure où le spectacle vivant tente, avec difficultés, de se relever du coup de massue asséné par la crise du Covid-19, la fête fut triste.

Bien sûr, les conditions inédites de cette cérémonie, retransmise mardi 23 juin en prime time sur France 2, n’ont pas aidé à égayer l’ambiance.  Nuit a pris au dépourvu les artistes eux-mêmes, priés de rester à leur place à l’annonce de leur récompense.

Si le suspense est bien là, les gagnants un peu interloqués ne savent pas vraiment comment réagir, puisqu’ils ont été priés de… rester à leur place à l’annonce de leur nom. Ovationnés par leurs  quelques collègues, ils se lèvent, on leur tend le micro – avec une lingette désinfectante -, les blagues fusent face à cette situation inédite. “Les artistes sont émus même sans le décorum mais aussi  pris au dépourvu car normalement c’est quelque chose que vous partagez avec toute une salle qui frémit, qui applaudit, qui réagit

Un théâtre avec des sièges vides, des artistes qui n’ont pu partagé leur émotion avec leurs pairs, la joie d’accueillir cette belle reconnaissance a été plus que tronquée, bref l’esprit de la fête n’était pas là et c’est bien dommage.

Les “théâtreux” que nous sommes reviendront dans les salles pour soutenir tous ces artistes mais si  cette cérémonie reste dans les mémoires, ce ne sera pas forcément pour les bonnes raisons.

Par contre, la bonne nouvelle : bons nombres de pièces mises à l’honneur seront de nouveau programmées !!

Nos coups de coeur sont à l’honneur

Marie des Poules : Théâtre Montparnasse à partir du 22 Septembre

Béatrice_Agenin.jpeg

Belle moisson pour ce bijou signé Gérard Savoisien, Molière du théâtre privé et Molière de la comédienne pour Béatrice Agenin, la  pièce nous avait subjuguée , un sur mesure pour cette comédienne qui a illuminé la scène du Montparnasse, avec l’élégante et subtile mise en scène d’Arnaud Denis.

Pour en savoir plus : Lire notre article 

Est-ce j’ai une gueule d’Arletty – Théâtre Montparnasse – 16 Septembre 2020

Nous avions adoré ce spectacle et cette troupe de comédiens et c’est un juste retour que ces 2 molières pour le meilleur spectacle musical” et pour la pétulante Elodie Menant ” révélation féminine”

Lire notre article :

C’était aussi l’un de nos coups de Coeurs, porté par le Duo Florence et Julien Lefebvre, Jean Franco est reconnu “meilleur second rôle” , incarnant  5 personnages incroyables. Tournée prévue pour la rentrée !!

Voir notre article 

Et il y a nos “actes manqués”, les spectacles que nous n’avons pas pris le temps de voir et que nous espérons à  nouveau programmés !!

Electre 2.png

LE PALMARÈS DES MOLIÈRES 2020 :

Meilleur spectacle dans un théâtre public :

Electre des bas-fonds, de Simon Abkarian, mise en scène Simon Abkarian, Compagnie des 5 Roues

Meilleur spectacle dans un théâtre privé :

Marie des Poules – gouvernante chez George Sand, de Gérard Savoisien, mise en scène Arnaud Denis

Meilleure mise en scène d’un spectacle de théâtre public :

Simon Abkarian, pour Electre des bas-fonds, de Simon Abkarian

Meilleure mise en scène d’un spectacle de théâtre privé :

Alexis Michalik, pour Une histoire d’amour, d’Alexis Michalik

Meilleure comédie :

La Vie trépidante de Brigitte Tornade, de Camille Kohler, mise en scène Eléonore Joncquez, Théâtre Tristan-Bernard

Meilleur spectacle d’humour :

Alex Lutz, d’Alex Lutz et Tom Dingler, mise en scène Tom Dingler

Meilleur seul/e en scène :

Monsieur X, avec Pierre Richard, de Mathilda May, mise en scène Mathilda May, Théâtre de l’Atelier

Meilleur comédien dans un spectacle de théâtre public :

Christian Hecq, dans La Mouche, d’après George Langelaan, mise en scène Valérie Lesort et Christian Hecq

Meilleure comédienne dans un spectacle de théâtre public :

Christine Murillo, dans La Mouche, d’après George Langelaan, mise en scène Valérie Lesort et Christian Hecq

Meilleur comédien dans un spectacle de théâtre privé :

Niels Arestrup, dans Rouge, de John Logan, adaptation Jean-Marie Besset, mise en scène Jérémie Lippmann

Meilleure comédienne dans un spectacle de théâtre privé :

Béatrice Agenin, dans Marie des Poules – gouvernante chez George Sand, de Gérard Savoisien, mise en scène Arnaud Denis

Révélation féminine :

Elodie Menant, dans Est-ce que j’ai une gueule d’Arletty ?, d’Eric Bu et Elodie Menant, mise en scène Johanna Boyé

Révélation masculine :

Brice Hillairet, dans La Souricière, d’Agatha Christie, mise en scène Ladislas Chollat

Meilleur comédien dans un second rôle :

Jean Franco, dans Plus haut que le ciel, de Julien et Florence Lefebvre, mise en scène Jean-Laurent Silvi

Meilleure comédienne dans un second rôle :

Dominique Blanc, dans Angels in America, de Tony Kushner, mise en scène Arnaud Desplechin

Meilleur auteur francophone vivant :

Simon Abkarian, pour Electre des bas-fonds

Meilleur spectacle musical :

Est-ce que j’ai une gueule d’Arletty ?, d’Eric Bu et Elodie Menant, mise en scène Johanna Boyé

Jeune public :

La Petite Sirène, d’après Hans Christian Andersen, mise en scène Géraldine Martineau, Studio- Théâtre de la Comédie-Française

Meilleure création visuelle :

La Mouche, d’après George Langelaan, mise en scène Valérie Lesort et Christian Hecq

Meilleure scénographie :

Audrey Vuong

Meilleurs costumes :

Moïra Douguet

Meilleure lumière :

Pascal Laajili

Vidéo :

Antoine Roegiers, Eric Perroys

Meilleurs effets spéciaux :

Carole Allemant et Valérie Lesort

Suivez nous !
RSS
Follow by Email
LinkedIn
Share
Instagram