le Pitch

Ali est né avec un manque. Certainement, le manque le plus handicapant : le manque d’anticipation.

Ali vit au présent et laisse la vie le surprendre. Entre ses oublis et ses actes manqués, il peine à conserver ses emplois, ses amis et évidemment ses fiancées.

Un jour, Ali rencontre Ana, son parfait opposé.
Ana est née avec un excès d’anticipation, elle sait toujours ce qui se passe après.
Pas de hasard, pas d’imprévu. Sauf lui, Ali.
Ali et Ana ont beau s’aimer, être sur la même longueur d’ondes, ils ne vivent pas sur la même échelle de temps.
Amour impossible, amants contrariés, c’était sans compter leur incroyable obstination à être heureux.

Se retrouveront-ils au bon moment ?

Notre Avis :

3 acteurs ,  un décor minimaliste mais avec une mise en lumière qui permet de restituer les ambiances poétiques, électriques, intriguantes !

Elie Rapp campe le premier A , d’Ana, le second aussi…( celui de l’excès d’A)

Thomas Drelon campe le second A, A comme Ali qui manque de A….

Et enfin Vincent Paillier, qui campe une vingtaine de personnages avec quelques accessoires qui relèvent du détail tant les postures suffisent à les faire vivre et les rendre crédibles.

Une histoire de “A”, comme Amour, mais aussi toute une palette de “A” comme Ambiguité, Anticipation mais aussi Acharnement, Angoisse, Accélération ou encore “Alice aux pays des merveilles”, Analogie qui pourrait être faite avec les errances , les  tribulations de ces deux A réunis, rencontre improbable Anticipée.

“AA” comme les piles ( électriques) que ‘l’on insère souvent tête bêche pour que le courant passe…  , “A” contre “A ” ….ou tout contre

En excès ou en manque, ces deux A se croisent, s’entrechoquent, s’égarent, se trouvent, tandis que Père, Mère, médecin, Curé… construisent, taillent, entaillent leur personnalité…leur sensibilité

“A” comme Anticipation : en excès ou en manque, le temps devient un personnage qui ne manque pas d’intervenir, l’horloge, le tic tac tantôt sonnant, tantôt foudroyant  ou encore trébuchant qui ponctue les scènes…

Beaucoup de rythme, presque une course, , des deux ces A déambulant dans un labyrinthe,  dans une salle des miroirs qui renvoient des images .. des anamorphoses, des caricatures, des “seconds moi”

Il y a de la poésie , de l’humour ( parfois même désopilant) avec un ” Vincent Paillier ” juste dont les silences et les expressions sont éloquents,

Il y a bien sur des messages !

Avec une conclusion et un clin d’œil qui ne manquera pas de vous laisser envisager l’avenir avec un A peut être avec un peu plus de A .. ou un peu moins…

Pour conclure : ne vous laissez pas débarquer même si  les premiers moments de la pièce pourront vous paraître un peu obscurs ou abscons , comme ces deux A, n’abandonnez pas , accrochez vous , les A ne manqueront pas de vous rendre ce moment théâtre Attachant!

Informations utiles

La scène Parisienne

34 rue Richer – 75009 Paris

Site web du théâtre 

“A”

 Mise en scène : Eurydice El-Etr
Auteur : Élie Rapp

 Avec : Élie Rapp, Ludovic Thievon ou Thomas Drelon, Vincent Paillier

 Durée :1h10

Suivez nous !
error
RSS
Follow by Email
Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
Instagram